La France occidentale LES CHÂSSIS de fenêtres du XVe au XVIIIe siècle

Informations légales

Arnaud TIERCELIN

Liens utiles

Plan du site

Contact


Mamelon d'un gond ; c'est le bout du gond qui sort hors du bois ou de la pierre, et qui entre dans la penture ou reply de la barre de fer. (A. F.)


Mantonnet est une petite piece de bois ou de fer qui soutient et arreste, telle qu'est celle qui sert à une porte pour soutenir le battant ou clenche d'un loquet. (A. F.)


Mastic : matière composée d'huile de lin malaxée et de blanc d'Espagne écrasé, servant à boucher les trous et à cacher les petits défauts du bois. Le mastic des vitriers est une pâte composée d'huile siccative et de céruse ou de craie. (L. J.)


Meneaux, ou croisillons de fenestres, ce sont les separations des tableaux et ouvertures ; ces separations sont ordinairement de pierre, ou de bois. (A. F.)


Meneau : nom donné aux montants qui séparent une croisée en plusieurs parties. On appelle battant-meneau, le gros battant du milieu d'une croisée. (L. J.)


Mentonnet, espece de crochet qu'on attache dans l'embrasure des portes ou sur leur montant, pour recevoir le bout du battant des loquets. Il y en a à pointe et à scellement. (D. du M.)


Mentonnet : pièce de fer en forme de crochet, qui reçoit le bout du battant du loquet, pour tenir une porte fermée. (L. J.)


Molet : pièce de bois de 0,08 m à 0,10 m de longueur et à rainure, dans laquelle on met les languettes des panneaux d'épaisseur. Mettre un panneau au molet. (L. J.)


Montant : Toute pièce de bois posée verticalement. Poteau entrant dans la composition d'une huisserie, d'un bâti, et n'ayant ordinairement qu'une traverse assemblée. Lorsqu'un montant comporte plusieurs assemblages, on le nomme battant. (L. J.)


Mortaise : entaille creusée à l'aide d'un bédane sur le champ d'un montant ou d'un battant, pour recevoir un tenon. (L. J.)


Moulinets en tranchoirs ; Moulinets doubles ; Moulinets en tranchoirs évidez ; ce sont des pieces de vitres. (A. F.)


Noeuds d'une charniere, fiche, ou couplet. (A. F.)


Noix : gorge ou rainure dont le fond est arrondi en creux, et qui est poussée dans les bâtis dormants de portes ou de croisées. La languette qui entre dans la noix est arrondie et se nomme languette de noix. (L. J.)


Nu : partie unie d'un bâti, d'un mur ; l'endroit d'un ouvrage quelconque où il n'y a pas d'ornement en saillie. (L. J.)


Oeil de boeuf, les vitriers appellent ainsi le noud qui est au milieu des plats de verre dont on fait les vitres. (A. F.)


Oeil de boeuf, c'est une petite lucarne ronde que l'on fait dans la couverture des maisons pour éclairer les galetas et les greniers. (A. F.)


Onglet, ou Anglet. Il y a deux especes de retour dans les moulures d'Architecture, l'un est simplement appellé à Angle, qui est commun à toutes les mouleures des corniches. L'autre est appellé à Onglet, qui est de le retour des chambranles ou des quadres. Mais le terme à Onglet est plus en usage parmy les menuisiers, qui appellent cette maniere de couper et joindre le bois, un assemblage à onglet. (A. F.)


Onglet : coupe faite suivant un angle à 45 degrés, au bout d'une moulure, d'une planche, etc., pour l'assembler avec une autre. (L. J.)


Oreilles. Dans les bastimens ce sont les retours qu'on fait faire par en haut aux chambranles ou bandeaux des portes et des fenestres ; les ouvriers les appellent aussi crossettes. (A. F.)


Ouverture ou Jour d'une porte, ou d'une fenestre ; c'est le vuide qui est entre les pieds droits, ou ce qui forme le chassis ou tableau. (A. F.)

M, N, O